Voyage au pays de l’innovation (épisode 2)

Précédemment sur Qamaqi, vous avez vécu ceci.

Dans ce nouvel épisode, découvrez l’ALIEN qui est en vous :

Cyril Bouquet, professeur de stratégie à l’IMD de Lausanne, identifie 5 facteurs de succès pour s’envoler comme Bertrand Piccard et Elon Musk. Je les représente comme ceci :

Les secrets de la conduite de projets innovants se cachent dans ces 5 capitales : A. L. I. E. N.

Derrière elles : des formes d’intelligence qu’on a souvent appris à négliger, des ressources qu’on ne voit pas ou plus…

Retrouvez maintenant ces pouvoirs cachés avec le portrait-robot de ce « drôle d’oiseau ».

Vous verrez, ce n’est pas un superhéros, c’est une créature étrange… qui peut nous ressembler un peu, beaucoup…

A comme Anthropologie
ou le pouvoir d’observer

« Le savant n’est pas celui qui fournit les bonnes réponses, c’est celui qui pose les bonnes questions » Claude Lévi-Strauss

Les « savanturiers » comme Bertrand Piccard sont des experts de l’observation. Ils cherchent à comprendre leur contexte d’intervention par l’immersion, le contact et l’empathie, en se laissant surprendre, sans a priori. Ils s’intéressent à ce que les gens pensent et font. Ils entrent dans leur tête pour imaginer le monde tel qu’ils le voient et vivent, sensibles aux signaux faibles, latents, non formulés : attentifs à la finesse du grain du quotidien, attentifs… à l’humain.
Ils agrandissent ainsi leurs horizons et l’espace des solutions.

L comme Latéralisation de la pensée
ou le pouvoir de penser « à côté »

« Lorsqu’on se tient en marge, on voit toutes sortes de choses que l’on ne peut pas voir depuis le centre. De grandes choses, des choses inimaginables. Ceux qui se tiennent en marge les voient en premier » Kurt Vonnegut

Défier la rationalité… Tel est le secret des grands innovateurs.
Cela commence simplement par faire des liens entre des univers distincts.
Cette capacité à nouer des connexions inédites, parfois folles (mais « si l’idée n’est pas a priori absurde, elle est sans espoir » disait Albert Einstein), est nourrie par une curiosité insatiable, une veille à 360° à la recherche de la rareté, de la surprise et de la bizarrerie, en s’amusant à :

  • Butiner beaucoup, et hybrider, sans cesse, favoriser les collisions et la fertilisation croisée
  • Détourner, transgresser, hacker, jouer à contre-emploi
  • Et se laisser porter par la sérendipité : vagabonder et trouver ce qu’on ne cherchait pas !

I comme Imagination
ou le pouvoir d’explorer le monde différemment

« Il faut encore porter en soi un chaos pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante » Nietzsche

Attention : se référer constamment à sa banque de données nuit à la santé !
On a appris à accumuler les connaissances pour avancer dans la vie, mais cet empilement peut conduire à une paresse de la pensée : fonctionner en mode routinier sur le stock établi.
Pour inventer, on doit être ouvert à tous les déplacements possibles, comme un enfant qui rêve de choses qui n’existent pas et dit : « Pourquoi pas ? ».
L’élargissement de l’univers est naturel chez l’enfant. Il ne l’est plus chez nous… sclérosés parfois par le poids du passé : beaucoup d’expérience sur un sujet peut bloquer pour penser la nouveauté. Comme le dit Bertrand Piccard : « Ce ne sont pas les fabricants de bougie qui ont inventé l’ampoule électrique. Ce ne sont pas les constructeurs automobiles qui ont fabriqué la meilleure voiture électrique. C’est un milliardaire ayant fait fortune avec Internet qui a conçu la Tesla »…
Pour s’attaquer aux impensés, il faut aux adultes une bonne dose d’irrévérence, d’indiscipline et d’imagination, en désobéissant à l’autorité (du passé et de la « Raison » !), en s’échappant dans ses propres univers et en cultivant la capacité à s’étonner, s’émerveiller, sentir, ressentir les choses dans l’instant… Les « conquérants de l’impossible » déboulonnent les traditions et pratiquent l’abduction (la logique de ce qui pourrait être), en faisant confiance à leurs intuitions.

« Une innovation n’est pas une idée nouvelle en plus, mais une vieille certitude en moins. On ne peut créer qu’en envisageant les choses autrement »
Bertrand Piccard

E comme Expérimentation
ou le pouvoir d’endurer

« On ne s’élève pas au niveau de nos attentes. On tombe au niveau de notre entraînement » Archiloque

Les innovateurs ont une culture de l’entraînement : s’exercer, pratiquer, se risquer… Dans les épreuves, s’améliorer, se réaliser.

« Le génie est fait d’1% d’inspiration et de 99% de transpiration » disait Thomas Edison.

No Pain no Gain !

Opiniâtreté et résilience sont les clés, en acceptant l’aléa et la nécessité d’avancer pas à pas. L’erreur est une opportunité, si on se relève et bifurque rapidement à chaque fois, en persévérant… longuement. L’échec c’est quand on a abandonné !

« La réussite arrivera si vous essayez une fois de plus que le nombre d’échecs »
Bertrand Piccard

N comme Navigation
ou le pouvoir d’embarquer

« Si une personne rêve, c’est juste un rêve mais si plusieurs rêvent c’est le début de quelque chose de nouveau » Proverbe brésilien

L’innovation est un jeu communautaire. Sans force collective, la puissance n’est rien ! Le leader innovant est porteur d’une vision ambitieuse, d’un désir de changer le monde, qui fait briller les yeux des autres mais qui se nourrit aussi des étoiles de ces derniers. Il entend leurs motivations intimes, pour partager un rêve, ensemble.

Mobiliser, fédérer, c’est d’abord explorer en profondeur le « pourquoi » d’un engagement et le liant d’une dynamique commune. C’est s’ouvrir au dialogue sur les valeurs, les passions, mais aussi les doutes et les questions, avec confiance et attention.

La vision partagée d’un leader décuple les capacités de son environnement, insuffle de la vie et l’envie du dépassement.

Alors : Prêts à voyager en terre d’A.L.I.E.N ?

4 thoughts on “Voyage au pays de l’innovation (épisode 2)

Comments are closed.